Le Centre national de littérature de Mersch Le Gouvernement du Grand Duché de Luxembourg
 Le Centre national de littérature de Mersch
  Recherche
 x Recherche avancée
  Home | Nouveautés | Newsletter | Liens | Vos réactions | Contact Aide | Index | A propos du site
      ImprimerEnvoyer à

> home > Le CNL > La maison Servais > Historique

Historique

Vers le niveau supérieur
Le site de l'actuel Centre national de littérature est connu depuis le Moyen-Âge (16e siècle); il appartenait alors à la famille Hochgerichts-Meyer von Udingen.

La maison principale telle qu'elle se présente aujourd'hui a été construite entre 1780 et 1788 par le notaire Philippe Servais (1738-1801).

Distillerie

La Maison Servais vers 1900

Pendant les années de Révolution française la maison servait d'auberge et souvent les soldats autrichiens y logeaient. Après la révolution, Antoine Servais (1778-1859), fils de Philippe Servais, installe dans la distillerie qui se trouve sur la propriété la première machine à vapeur (1829).

En 1832, il achète les forges de Weilerbach avec le château et les dépendances.

C'est le fils de Antoine Servais, Philippe Servais (1810-1890), qui succède à son père comme maître de forges.

Vers la fin du 19e siècle la famille Servais développe de grands intérêts dans la sidérurgie et dans l'industrie de céramique dans plusieurs pays.

Antoine Servais avait encore deux autres fils: Joseph Servais et Emmanuel Servais, qui est certes le plus connu de la famille Servais.

Emmanuel Servais est né à Mersch en 1811. Après ses études de droit il entame une carrière politique fulgurante :

Il devient Président de la Chambre des Députés, Président du Gouvernement, Président du Conseil d'Etat et Maire de la Ville de Luxembourg. Emmanuel Servais participe aux quatre constitutions du Grand-Duché de Luxembourg (1841, 1848, 1856 et 1868) et signe ensemble avec Victor de Tornaco le Traité de Londres de 1867.

 


Emmanuel Servais
Emmanuel Servais

Emmanuel Servais n'est que peu connu comme écrivain. Il a cependant publié des études approfondies sur les institutions romaines d'avant la 2e Guerre punique, de nombreux articles, discours et mémoires, et il nous a laissé son autobiographie qui a été rééditée récemment par la Fondation Servais.

Le frère d'Emmanuel Servais, Joseph Servais (1819-1890), est le fondateur d'une Industrie sucrière à Mersch, la "Société Anonyme Sucrière du Luxembourg".

Le fils de Joseph Servais, Auguste Servais sr. (1865-1922), crée vers la fin du 19e siècle la "Grande Distillerie de Mersch" sur la propriété.

Les derniers membres de la famille Servais qui ont vécu dans la maison sont le notaire Auguste Servais jr.(1901-1970), le petit-fils de Joseph Servais, et sa soeur Jeanne Servais (1899-1985).

Auguste Servais, dit Men, installe son étude de notaire au rez-de-chaussée de la maison.

Le notaire est mort célibataire en 1970.

Après la mort de Auguste jr., Jeanne Servais vit toute seule dans la grande maison. En 1971 elle fait installer le chauffage central au rez-de-chaussée, où elle séjourne.

C’est grâce à l'initiative de Jeanne Servais, que la Maison Servais est inscrite sur l'inventaire des sites et monuments nationaux en 1974.

Jeanne Servais, dans l'espoir d'assurer une survie à la Maison Servais, décide de léguer sa propriété à la Commune de Mersch lors de son décès, qui survint le 19 avril 1985.

En vertu de la loi du 29 décembre 1988, un acte d'échange est effectué entre la Commune de Mersch et l'Etat: la propriété du Château de Mersch passe entre les mains de la Commune, et en revanche, la propriété de la Maison Servais passe entre les mains de l'Etat.

La Maison Servais est classée monument national par le Gouvernement en 1990.

 

Jeanne Servais

Jeanne Servais
23.11.1899 à Mersch - 19.04.1985 à Mersch



Futur CNL

La Maison en 1962



Haut de page

Copyright © Centre national de littérature   Aspects légaux | Contact